Marco Rampini & Yves Bach

Marco Rampini           Yves Bach
        Marco Rampini                                               Yves Bach


Conférence
14 avril 2010
Foyer SG

Marco Rampini, architecte, Genève et Yves Bach, ingénieur-civil, Genève

Genève: nouveaux espaces publiques au bord de l’eau Parce qu’il est important de pouvoir se baigner dans l’eau que l’on boit : Le retournement de la Ville de Genève sur le lac est initié dès la première moitié du XIXe siècle et se poursuit jusqu’au début du XXe siècle. L’évolution récente de la rade n’a pas encore fait l’objet d’études approfondies mais cette dernière a subi de très fortes mutations liées à l’évolution de l’usage du plan d’eau. Il y a eu une mutation, d’un usage marchand à celui de plaisance, des aménagements portuaires de la Rade. Quant à la baignade, à la construction des bains des années 1930 sous l’impulsion sociale et l’esprit hygiéniste de l’époque (Bains des Pâquis, Genève Plage) succède celle des nombreuses piscines dans les années 1960-1970 liée à l’extension urbaine et la construction des cités satellites notamment. C’est aussi, dès les années 1970, la prise de conscience d’une dégradation importante de la qualité des eaux du lac et des rivières de son bassin versant. Commence alors un important travail pour préserver la qualité de l’eau avec la mise en place d’une gestion en séparatifs des canalisations et la systématisation du traitement des eaux usées dans des stations d’épuration avant leur rejet dans les cours d’eau ou le lac. Pour Genève, la lutte pour la préservation des Bains-des-Pâquis et leur rénovation achevée à l’été 1995 a suscité un regain d’intérêt pour la baignade dans le lac et le délassement sur les rives. C’est aussi au début des années 1990 qu’est adopté le projet du Fil du Rhône qui prévoit de multiples réaménagements des quais le long du Rhône à travers la ville. C’est dans le cadre de cet attrait et intérêt pour les plans d’eau au cœur de la ville que s’insert le projet de plage et port des Eaux-Vives en proposant un nouvel espace public en contact direct avec la rive du lac qui comprend une nouvelle plage, un parc et un port. Le projet de plage et port des Eaux-Vives offre aussi l’opportunité de désencombrer les quais bordant le quartier des Eaux-Vives, du Jardin Anglais au débarcadère des Eaux-Vives. Ce projet répond au fort besoin d’espaces publics d’une ville qui se densifie, ainsi qu’à l’évolution des pratiques sociales liées à l’usage des rives du lac dans un rapport de jouissance retrouvée en toutes saisons.