Inigo Jones 1573-1652

15 – 30 mai 1975


Exposition réalisée par le British Council, Londres

C’est Inigo Jones qui introduisit l’architecture « paladienne » en Grande Bretagne, il a tracé la voie à Wren, Hawsmoor et Adam et à tous les maîtres de l’architecture « géorgienne ». De naissance modeste, Inigo Jones obtint une place privilégiée à la cour des rois Charles Ier et Jacques Ier. Architecte, peintre, ingénieur, dessinaterur, collectioneur, auteur, théoricien, il fut aussi géomètre du roi et metteur en scène de droit divin. C’est Inigo Jones qui créa le côté le plus méconnu de l’art du théâtre : le masque. Il fut le créateur des masques de la cour. A l’époque de la naissance d’Inigo Jones, l’Angleterre possédait une architecture individuelle, originale, très loin des traditions continentales. Inigo Jones fit de nombreux séjours en Italie qui furent, pour lui, des périodes de réflexion et de transition : il parvint à une conception rigoureusement néo-platonicienne de l’art. C’est cette conception même qui s’est traduite dans deux domaines : Le masque Il s’agissait d’un spectacle théâtral en vers composé de musique et de ballets représentant des sujets allégoriques et mettant en scène des personnalités de la Cour. On assista, grâce à lui, à l’introduction du proscénium, à la réalisation de la perspective (centrée sur le souverain). Il fut aussi le créateur du mécanisme théâtral; sa collaboration à cet égard avec le dramaturge néo-platonicien Ben Johnson fut difficile. De ses masques, ne subsistent que quelques textes, quelques dessins et des morceaux de musique. L’architecture Il s’inspira de plusieurs architectes dont Andrea Palladio et ses oeuvres dépouillées sont bien le reflet de l’imitation de modèles italiens. Son principe de construction, sa « marque » en quelque sorte, est le cube ou le double cube qu’il multipliera ou divisera selon les besoins. Il s’est attaché avant tout aux constructions solides, classiques et sobre, à une architecture d’autrefois qui résisterait à l’épreuve du temps. Inigo Jones qui tenait beaucoup à un dépouillement extérieur, admettait cependant une certaine décoration intérieure. Il ne reste que sept des quarante-cinq ouvrages connus de Jones parmi lesquels : Covent Garden, Queen’s House à Greenwich et ce qui est considéré comme le plus grand de ses chefs-d’oeuvre, Banqueting House. Achevé en 1622, ce monument est maintenant transformé et agrandi mais il est toujours possible d’admirer le magnifique et vaste double cube de 34 m de long orné de colonnes ioniques dans sa partie inférieure et corinthiennes dans sa partie supérieure. Avec son projet pour Covent Garden, église, place et rues avoisinantes, Inigo Jones donna à Londres son premier ouvrage d’urbanisme.


The main room of the Banqueting House with the celebrated Rubens ceiling