Des Alpes à la mer

L’architecture d’André Gaillard

12 octobre – 20 novembre 2005


Né en 1921 à la Chaux-de-Fonds, André Gaillard étudie l’architecture à l’Ecole d’architecture de l’Université de Genève où il enseignera par la suite. Pendant dix-sept ans, il travaille en association avec son frère Francis; d’autres associations suivront et de nombreux jeunes architectes collaboreront également aux activités de ce bureau.

André Gaillard est un architecte emblématique des trente glorieuses, il est de toutes les aventures modernes: création de villes nouvelles, de stations touristiques à la montagne comme en bord de mer. Il utilise avec brio les possibilités plastiques des matériaux modernes, béton, verre, ou métal.

La carrière d’André Gaillard se déroule pour l’essentiel à Genève. Il participe activement à la réalisation de nouveaux quartiers de logements, notamment l’ensemble résidentiel de Morillon-Parc, mais aussi à l’édification des villes nouvelles d’Onex et de Meyrin. Il construit également des bâtiments publics comme le temple de Châtelaine , des écoles ou encore le centre international de conférences de Genève, en collaboration avec Alberto Camenzind.

Avec son frère Francis, à qui elle était destinée, il est l’auteur de la première villa moderne construite après-guerre à Genève, inspirée par Richard Neutra. Dans un registre formel très différent, il cosignera avec Daniel Grataloup le temple Saint-Jean à la Chaux-de-Fonds, oeuvre sculpturale réalisée par projection de béton.

Il est également l’auteur de plusieurs opérations exceptionnelles en Suisse romande: immeuble Numaga à la Chaux-de-Fonds, fortement inspiré de la Cité Radieuse de Le Corbusier à Marseille, création de la station d’Aminona près de Crans en Valais.

L’exposition permettra de montrer un matériel graphique abondant, de grands dessins sur calque et de nombreuses esquisses en couleur qui mettent en lumière le processus de projet: des maisons-sculptures, des visions de cités nouvelles accrochées à la montagne ou posées en bord de mer surgissent à la pointe du feutre.


Exposition réalisée par les Archives de la construction moderne

Un livre-catalogue richement illustré est publié conjointement aux Presses polytechniques et universitaires romandes.