Alexandre Sarrasin (1895-1976)

  10 octobre au 16 novembre 2002
Alexandre Sarrasin: structures en béton armé. Audace et invention
Cette exposition est le résultat d’une recherche commune aux Archives de la construction moderne et au laboratoire Maintenance, construction et sécurité des ouvrages, dans la faculté Environnement naturel, architectural et construit (ENAC) de l’EPFL.

L’exposition présente une vue d’ensemble de l’oeuvre de cet ingénieur que l’on peut situer parmi les plus importants de notre pays au XXe siècle.
Les très nombreux ponts valaisans d’Alexandre Sarrasin (1895-1976) dessinent une véritable géo-histoire du territoire à l’époque des grands travaux d’assainissement de la plaine du Rhône et de la constitution des infrastructures routières et ferroviaires des vallées latérales. On y retrouve l’intervention de l’Etat du Valais pour faire entrer ce territoire de plain-pied dans la modernité.

Parmi les projets hautement innovants de Sarrasin, la retenue d’eau des Marécottes occupe une place particulière et pas seulement en raison de son inscription au rôle des mythes modernes. A son propos, Sarrasin prend clairement une posture de théoricien en réfutant certains acquis. L’innovation est triple : inclinaison identique des deux versants amont et aval, ce qui contredit toute la pratique antérieure ; critique des systèmes formés de raidisseurs seuls entre les contreforts ; conception structurelle des questions de l’étanchéité. L’économie de cet ouvrage repose pour lui sur la vertu du  » penser béton armé  » qui doit remplacer le  » penser béton « . L’anthropomorphisme du discours de Sarrasin sur le travail et les  » souffrances  » de l’ouvrage renvoie directement à Viollet-le-Duc et à ses analyses. Sarrasin apparaît ici comme un de ceux qui sauront donner sa véritable dimension et sa véritable signification à l’armature, agent de la subtilité structurelle. Plusieurs des ponts conçus par Alexandre Sarrasin se singularisent par leur audace à enjamber de profondes vallées ou le large lit du Rhône. Ils constituaient, lors de leur construction, autant de record de portée.

L’approche proposée est à la fois complète et rigoureuse au plan technique, mais sera rendue lisible par un effort didactique particulier. L’exposition se compose d’une série de planches de synthèse mettant en évidence les particularités techniques et innovantes des principales réalisations d’Alexandre Sarrasin mais également de nombreux documents originaux, plans et plus particulièrement des photographies d’époque. Ils permettront tant au public non-spécialiste qu’aux professionnels d’approcher cette oeuvre réellement novatrice.