Hans Schmidt 1893-1972

13 avril au 13 mai 1994


Exposition réalisée par le GTA de l’EPFZ

Né le 10 décembre 1893 à Bâle, Hans Schmidt fit ses études à Munich et à Zürich où il obtint son diplôme d’architecte en 1916 auprès de Karl Moser. Sa carrière fût fortement marquée par son séjour de deux années aux Pays Bas (1920-1922), à l’époque le laboratoire le plus novateur du mouvement moderne où l’architecte suisse rencontra les représentants de l’avant-garde néerlandaise. Ses préoccupations orientées à l’origine vers un développement purement technique et économique de l’architecture étaient associées à un engagement social affirmé qui plaçait l’industrialisation au service de la construction en masse de logements. Ses « expériences de laboratoire » en matière de création de cités et les premiers pavillons à toit plat réalisés en Suisse suscitèrent un intérêt sur le plan international. Hans Schmidt se révéla comme l’architecte e le théoricien du mouvement « Neues Bauen » en Suisse.

En collaboration avec Mart Stam et Emil Roth, il publia de 1924 à 1928 la revue d’avant-garde ABC, Beiträge zum Bauen. En tant que représentant de l’aile rationaliste du mouvement moderne, il se battit avec succès dans le cadre des CIAM pour le développement technique et économique de l’architecture. Ses expériences dans le domaine de l’industrialisation de la construction, en particulier dans le cadre du garage à la Missionstrasse à Bâle (1926) font partie des premières tentatives de ce genre en Europe. Les maisons Colnaghi (1917), Schaeffer (1927-29) et Huber (1928-30 à Riehen, l’immeuble d’habitation « Zum neuen Singer » (1928.1929) et la cité « In der Schorenmatten » (1928-29) à Bâle, ainsi que la cité Neubühl à Zürich-Wollishofen (1928-1932) à la conception de laquelle Schmidt prit une part déterminante, font partie des réalisations majeures de l’architecture nouvelle en Suisse.

En tant que spécialiste de la standardisation du logement, Schmidt fut invité en 1930 en Union Soviétique dans le cadre d’un groupe formé par l’architecte de la ville de Francfort, Ernst May, en vue de participer à la conception et à la construction de près de 200 villes nouvelles (1930-1937). Au cours d’une deuxième période bâloise (1937-1955), il privilégia l’exigence d’un langage formel familier et la hiérarchisation sociale des espaces publics, mais la majorité de ses projets demeura sur la planche à dessin. Schmidt occupa une fonction de conseil dans la planification régionale et nationale suisse. Suite à sa nomination à la Deutsche Bauakademie à Berlin-Est (1959, en collaboration avec Bruno Flierl) il put encore faire valoir son influence dans l’industrialisation du logement et en matière d’urbanisme. Son projet de concours pour la reconstruction du centre de Berlin-Est passe pour être une oeuvre majeure dans la mesure où il repose sur une planification basée sur une industrialisation intégrale. Schmidt passa à nouveau les dernières années de sa vie à Bâle (1969-1972).


Immeuble pour femmes célibataires
Bâle, 1928/1930
Haus Colnaghi
Riehen, 1927

Maison Huber
Riehen, 1930