Structure formelle de l’architecture islamique en Iran et au Turkestan

21 novembre – 5 décembre 1990


Exposition réalisée par Klaus Herdeg, Columbia University, New York

Cette exposition se propose d’explorer les constructions publiques et privées des villes islamiques dans des régions étroitement liées sur le plan historique et géographique – l’Iran et le Turkestan. Elle examine également le tissu urbain lui-même et son environnement construit qui sont la manifestation visible du concept islamique de l’UMMA en tant qu’unicité d’un tout. Selon l’UMMA, l’individu et la communauté sont inextricablement interdépendants. Le but principal est d’illustrer et d’expliquer les structures formelles choisies. Le terme des structure formelle employé ici nécessite une définition. La structure formelle est l’ordre fondamental et ses conséquences sur tout objet naturel ou réalisé par l’homme, ou phénomène basé sur des propriétés inhérentes telles que la symétrie (axialité), la hiérarchie (progression), la gradation, la répétition, etc.. auxquelles pourraient être attribuées des qualités formelles à leur interprétation latente et les transformations réalisées par l’esprit humain, l’imagination, la connaissance et l’ingéniosité qui, à leur tour, sont souvent régis par la tradition, le temps et le lieu. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas d’interprétation ni de jugement possible sans d’abord « reconnaître », c’est-à-dire voir les propriétés formelles inhérentes ainsi que leur interaction et leur effet les unes sur les autres. Une série de villes et d’éléments urbains sont exposés afin de permettre une comparaison quant à leur taille et leurs destinations passées et présentes. Une capitale impériale est ainsi mise en opposition à une ville provinciale. Un bâtiment public en Iran est opposé à son équivalent au Turkestan. La région géographique englobe le plateau central de l’Iran et, vers le Nord.-Est, le Turkestan en Asie centrale. Le Turkestan s’étend de la Mer Caspienne à travers l’Ouzbekistan et au-delà, les montagnes du Pamir, jusqu’au désert de Takla Makan, dans la province chinoise du Sinkiang., la chaîne de cités formée par Kashan, Nayin, Ispahan, Yazd, Kerman et au Sud, Chiraz, représente une vaste gamme de dispositions urbaines d’importance et de raisons d’être diverses. Il en va de même pour une chaîne parallèle au Turkestaqn : Khiva, Boukhara, Samaracande et Kashgar. La première moitié de l’exposition concerne l’Iran (XVIe/XIXe siècles), la seconde moitié le Turkestan (XIIe/XIXe siècles). Les deux souverains communément associés à ces régions sont respectivement Shah Abbas 1er (1587-1626) et Tamerlan (1336-1405). L’exposition n’est pas sous forme chronologique et nous avons associé librement les exemples anciens et plus récents soulignant ainsi la stabilité de certaines structures formelles et mettant en lumière l’étonnante continuité qui a imprégné la vie et l’architecture de ces villes et édifices.


Ispahan, Iran-Meiden-i-Shah. © K. Herdeg

Ispahan, Iran, Le Grand Bazar. @ K. Herdeg